Nous pouvons faire mieux

(diagonally split Canadian/British flag)English

Depuis le début de la pandémie, les besoins des sans-abris n’ont pas été comblés et sont devenus plus urgents. Les efforts et approches municipaux et régionaux qui étaient inadéquats avant se sont avérés obsolètes et insuffisants pendant la pandémie de la Covid-19. La capacité des services essentiels qui protègent les droits de l’homme et sauvent des vies est inexistante ou si sous-approvisionnée qu’ils sont rendus inefficaces. Les ressources comme les immeubles publics avec des toilettes demeurent inaccessibles, et les services existants forment une mosaïque incomplète de programmes de repas, de centres d’accueil et de lits d’hébergement temporaires. Un bon nombre des mesures de confinement sont destinées à la santé publique, mais elles mettent les sans-abris directement en danger.

Comment nous laissons tomber les sans-abris :

  • Mauvais accès aux toilettes et à l’eau pour les personnes vivant dans des camps ou seules dans des endroits non sécuritaires;
  • Les programmes de repas existants sont inadéquats et non accessibles;
  • L’accès aux services de santé et au dépistage n’est pas uniforme et l’accès aux masques et assainisseurs est inadéquat;
  • Les programmes d’acceuil sont peu nombreux, comportent des obstacles et offrent un accès limité aux besoins de base; et
  • Le programme de détournement et de prévention peut ajouter des difficultés pour les personnes à risque d’itinérance.

Comment faire ce qu’il faut maintenant :

  • Dépénaliser et sanctionner les camps et fournir un accès prêt à la nourriture, à l’eau et aux toilettes, afin de permettre aux gens de s’abriter en place;
  • Adopter et mettre en œuvre immédiatement un accès axé sur la réduction des méfaits, holistique et sans jugement aux soutiens pour tous;
  • Offrir à tous des abris et des logements ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7; et d’ici là, fournir davantage de centres d’accueil avenants et respectueux et offrir une gamme de services et de soutien essentiels à la population sans abri;
  • Fournir davantage de centres de refroidissement accueillants;
  • Inclure des personnes ayant de l’expérience dans l’élaboration et la prestation de programmes et de services; et
  • Consacrer du financement pour une réponse intégrée pour les sans-abris qui relie et renforce le continuum de soutien de la communauté à l’établissement.

La prestation de services en soi ne suffit pas; les services doivent être adaptés à la culture, exempts d’obstacles et d’autonomisation pour ceux qui les utilisent. Ils doivent permettre aux gens de refuser. La dignité et le respect doivent être à la base de toute prestation de services, et la prestation de ces services pendant et après la pandémie exigera qu’une communauté attentionnée travaille ensemble.

Comment nous pouvons faire mieux pour résoudre les problèmes d’itinérance et de logement abordable :

  • Transformer les refuges en logements de soutien en intégrant la réduction de la santé et des préjudices en reconnaissance du chevauchement entre l’itinérance, les invalidités et les maladies mentales;
  • Définancer la police et consacrer davantage de fonds à l’appui des services et du soutien pour les sans-abris et le développement de types de logement très abordables;
  • Demande des gouvernements provinciaux et fédéraux de réinvestir dans des options de logement public robustes;
  • Définir un règlement de zonage inclusif rigoureux dans la régionqui intègre également des dispositions pour les unités accessibles;
  • Inciter les propriétaires de propriété à offrir de l’espace pour des établissements comme une meilleure ville de tentes, des micro-suites et des suites modulaires ou des logements accessoires dans la cour; et
  • Établir des partenariats créatifs avec divers fournisseurs de logement et des services de défense et d’application de la loi pour éliminer l’itinérance et prévenir les risques pour un plus grand nombre de personnes de devenir sans-abri.

Ces crises n’ont pas été résolues depuis trop longtemps. Nous devons agir maintenant et planifier au-delà de l’horizon de la prochaine élection afin de bâtir notre communauté d’une manière qui assure la justice pour les générations à venir.

Natasha Ing
au nom de
l’équipe de la Campagne sans abri